Mercredi, Juin 28, 2017
   
Taille

Recherche

La Rose et la Chaise.

Il y a de bien nombreuses années, René Cousinier, ce célèbre humoriste Montmartrois, ironisait sur la façon dont nos amis Américains votaient, et il le faisait en ces termes :

"Les Américains élisent un candidat sur un sourire... posez un dentier sur une chaise... ils élisent la chaise !"

Si ce brave René était encore vivant aujourd'hui, et il aurait sans doute beaucoup à dire, je me demande, sans vouloir me substituer à lui, s'il ne prêterait une forme de réflexe conditionné semblable à notre électorat socialiste...

"... Posez une rose sur une chaise... ils éliront la chaise !"

Si j'essaie, en toute objectivité, de comprendre la démarche et les motivations d'amis ou de patients qui ne partagent pas mes opinions, j'ai beaucoup de mal à admettre qu'il suffise à un Programme Électoral d'être frappé du "sceau d'une main arborant une rose" pour être, par définition, valable, cohérent, efficace, socialement et économiquement réaliste.

Si ce sont vos convictions, votez "Socialiste" mais, de grâce, regardez plus loin que le bout de ... la tige d'une fleur qui, aussi belle et odorante qu'elle soit, ne dure que l'espace d'un matin.

Observez autour de nous quels sont les pays qui sont en difficulté et, surtout le plus intéressant, pourquoi ils le sont. Depuis les États-Unis jusqu'à Israël, depuis peu, en passant par quelques uns des membres de l'Union, tous ont en commun une forme de "Socialisme" né du poids et de la main-mise du tout-État sur leur économie, de vivre sur des déficits structurels en dépensant, de budget voté en budget voté, plus qu'ils ne produisent de richesses, de posséder des services publics pléthoriques à force d'en avoir fait les soupapes de sûreté du chômage et d'avoir, en retour et fatalement, des prélèvements fiscaux et sociaux d'un tel niveau qu'ils pénalisent une croissance dont ils ont pourtant, et bien évidemment, le plus grand besoin.

"Timeo Socialos et Dona Ferentes !"

"Je crains les Socialistes et plus encore leurs cadeaux" ... car, des cadeaux, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y en a eu !

"Je vends chaque article à perte, mais c'est sur la quantité que, finalement, je me rattrape !"Des cadeaux que l'on a, d'ailleurs, payé fort cher par la suite, au point que j'en suis, finalement, à me demander si des cadeaux dont on présente la note, après vous les avoirs offerts, constituent de véritables cadeaux. Retraite à 60 ans, RTT et 35 heures représentent typiquement ce genre de présents. Même joliment emballés et ceints d'un magnifique ruban rose, s'ils ont pu vous séduire, la note en a été salée car ils procèdent d'une logique économique comparable à celle du client d'une banque qui tente d'expliquer à son banquier que c'est en creusant son découvert qu'il contribue à la reprise de la consommation.

Soit dit entre nous, je ne suis pas convaincu qu'il se taillerait un franc succès.

Si l'Histoire fait de Martine Aubry la "Dame des 35 heures", il est bon de savoir que c'est, en fait, Dominique Strauss-Kahn qui en avait été le théoricien. Un théoricien autrement moins convaincu dès lors qu'il s'est retrouvé au poste de Ministre des Finances mais, que voulez-vous, la promesse en avait été faite et il nous a fallu boire le calice jusqu'à la lie.

"Comment la France est passée aux trente-cinq heures à cause d'un vulgaire 5 à 7..."Il s'agissait d'une telle erreur qu'elle ne peut procéder que d'un épouvantable malentendu. Songeant, sans doute, à autre chose pendant les travaux préparatoires, on peut raisonnablement supposer qu'il ait, tout simplement, griffonné les mots "5 à 7" sur la couverture du dossier "Création d'emplois". Le drame s'est noué lorsqu'un assistant, en lieu et place du texte original, a cru y lire "5 fois 7", cinq jours de sept heures, donc "35 h", et les a associées, tout naturellement, à une stratégie de réduction du chômage. Le mal était fait, il était irrattrapable !

En 2012, avant de glisser votre bulletin dans l'urne, demandez-vous si la mariée n'est pas trop belle, car, en cas d'erreur, le risque est grand de fabriquer des Barbus en pagaille, non pas par islamisation, non, pas une seconde, mais par le nombre de ceux qui, encore une fois, auront cru que l'on allait raser gratis.

Les Réformes.

Je suppose que rares sont ceux, en France, qui ont envie de se retrouver dans la situation des Grecs, entre autres. Vente des bijoux de famille, réduction drastique du nombre des fonctionnaires, réduction de leurs salaires et dans le même temps, pour tous, augmentation des impôts et des taxes, donc une fichue baisse du pouvoir d'achat.  Ne perdons pas de temps à ergoter sur les responsabilités, lorsqu'il y a le feu à la maison, le plus urgent est de l'éteindre, pas de savoir qui a gratté l'allumette malheureuse ou a fumé au lit.

Ne trouvez-vous pas, honnêtement, que l'on s'en sort pas trop mal par rapport à certains de nos voisins ? Il est vrai, aussi, que, dès 2007, des reformes ont été initiées pour réduire les déficits, publics et sociaux, et, ce, avant même la Crise et ses conséquences. S'agissait-il d'un coup de chance ou d'une bonne Gouvernance, en tout état de cause, la France avait commencé à resserrer ses boulons avant même que le F.M.I., poussé par les agences de notations, ne nous en fasse la demande pressante. C'est mieux, plus "professionnel" et bien moins douloureux que d'attendre d'être pris à la gorge pour le faire... suivez mon regard, nous en avons quelques exemples.

Je vous propose, et c'est pourquoi cet article figure à cette rubrique, de télécharger et de lire, avec neutralité, les 70-80 pages du "Guide des réformes 2007-2008" en gardant à l'esprit qu'il ne s'agit pas de promesses électorales, que sept à huit sur dix ont d'ores et déjà été réalisées, que tout se tient, à l'image de ces dominos alignés dont il suffit de faire tomber le premier pour qu'il entraîne tous les autres, et que cette Crise Économique qui nous a touché fin 2008 a, de fait, quelque peu rogné les ailes à certains projets tout comme pour vous et moi si, au moment de redécorer l'appartement, notre chère voiture ne trouve rien de mieux que de nous lâcher. Il nous faudra alors procéder, tout comme le fait l’État, à des "arbitrages".

Le document est le document officiel et intégral, ceci étant, pour éviter certains phénomènes de rejets et de "Sarkozite aigüe", j'ai cru bon de supprimer les trois ou quatre premières pages, celles des photos de l’Équipe Gouvernementale, afin que le maximum d'entre nous lise ces pages. Des pages qui, pour certaines, possèdent une orientation "sociale" telle qu'on pourrait presque en arriver à se demander pourquoi la Gauche ne les a ni rédigées ni appliquées alors qu'elle était aux affaires.

Télécharger l'intégrale, ainsi que précisé, du Guide des Réformes 2007/2008 au format pdf ( 1.21 Mo ).

Connexion