Mercredi, Août 23, 2017
   
Taille

Recherche

Il y a une vingtaine d'années, en aidant ma fille à faire ses devoirs, je m'étais arrêté sur une page de son cahier d'histoire et de géographie, page qui traitait des causes de la Révolution Française en s'adressant à des élèves de fin de primaire ou de début de collège. Je regrette aujourd'hui, et pour deux raisons, de ne pas avoir photocopié cette petite page aux rayures Sieyès.

La première, purement sentimentale, m'aurait permis de conserver la trace de son écriture, appliquée mais encore maladroite, la seconde, pour attester que, plus de deux cents ans plus tard, rien n'avait finalement changé et qu'il suffisait de substituer à une "Noblesse de Cour intouchable et à laquelle les meilleurs emplois étaient réservés" un concept, certes plus moderne mais assez comparable, de "Haute Fonction Publique".

La France reste la championne toutes catégories de l'immobilisme, du conservatisme et des corporatismes tout autant, d'ailleurs, que celle des structures administratives empilées comme un mille-feuilles, d'une légiférite aigüe et, enfin, d'une réaction allergique immédiate à la simple évocation du mot "réforme" très probablement sans équivalence au niveau planétaire, au point, d'ailleurs de se demander comment on a pu faire une révolution.
 
Pour ne prendre qu'un seul exemple, si tout le monde sait que notre pays recense environ trente six mille communes, il est beaucoup moins connu qu'il ne s'agit que du maintien, pratiquement en l'état ou en nombre, des trente huit mille paroisses d'avant la Révolution !

Il y a déjà plus de trente ans, René Cousinier, un célèbre chansonnier Montmartrois disait qu'un jour, les hommes politiques lui feraient de la concurrence. L'observation de la Société Française, dans ses diverses composantes politiques, syndicales ou citoyenne, que ce soit avec le regard de l'humoriste, du psychologue, voire même du psychiatre ou du médecin légiste, peut difficilement actuellement lui donner tort.

Le nom de domaine de ce site tombait sous le sens.
 
Il va d'ailleurs être très intéressant de voir si la France reste, comme elle l'affirme, un pays de liberté ou si, maintenant, la lettre de cachet est remplacée par le contrôle fiscal approfondi.

Connectés

Nous avons 394 invités en ligne

Connexion