Lundi, Décembre 11, 2017
   
Taille

Recherche

Le Rapport Perruchot.

Tout récemment, surtout, un rapport de la Cour des comptes est venu apporter un éclairage particulièrement accablant sur la gestion d’un comité, en l’espèce celui de la RATP. Il est en effet rare que cette juridiction, dont les prises de position publiques sont toujours prudentes, accumule suffisamment de constats graves et avérés pour conclure un rapport en relevant que « le caractère systématique des errements, quel que soit le secteur d’activités analysé, conduit à penser qu’ils ne sont la conséquence ni de hasards malheureux, ni de défaillances humaines. C’est un système de "fuite" des fonds (…) qui apparaît ». Et, pour la première fois, la Cour a non seulement dénoncé au parquet un certain nombre de faits lui paraissant délictueux, mais a en outre saisi l’autorité judiciaire pour qu’il soit fait application de l’article L. 141-1 du code des juridictions financières, lequel punit d’amende l’obstruction aux enquêtes des juridictions financières.

Dans un tel contexte, c’est la légitimité même des comités d’entreprise qui pourrait être mise en cause. C’est pourquoi il est dans l’intérêt des salariés, mais aussi dans celui de tous ceux qui gèrent ces instances, qu’elles soient assujetties à un minimum d’obligations de transparence de leur comptabilité et de leurs procédures, comme le sont au demeurant, aujourd’hui, pratiquement toutes les institutions – collectivités publiques, sociétés, partis politiques, syndicats…

Après ce court extrait d'un rapport suffisamment "explosif" pour le voir subir un enterrement de première classe, je vous propose son intégralité qui, en une petite centaine de pages, va vous faire toucher du doigt à quel point notre système syndical et ses satellites que sont, le plus souvent, nos comités d'entreprises fonctionnent à l'image de certaines Républiques Africaines... et, tout ceci, à nos frais, bien évidemment, et dans l'opacité la plus totale.

Il est pour le moins croquignolet de constater que l'on a finalement plus parlé de ce rapport à cause de sa disparition qu'à cause de sa teneur. Encore un bel exemple de rapport "Duc de Guise" ... "plus grand mort que vivant".

Télécharger l'intégrale du rapport
au format pdf ( 624 Ko ).

Connexion