Lundi, Juillet 22, 2024
   
Taille

Recherche

Petite préface

 

Elections législatives.

Lorsqu'il y a quelques mois, j'avais pronostiqué une campagne électorale d'une violence comme nous n'en avions jamais été les témoins et bien, c'est le cas. Jamais je ne comprendrai comment et pourquoi ceux qui prétendent être des Partis "démocratiques" avec, à leur tête, des leaders intelligents ont pu, à ce point, tout faire pour mettre le Rassemblement National en position d'accéder au pouvoir, même si cela couvait depuis un certain temps. Entre une surenchère de démagogie, pour les uns, un déni de la vie quotidienne d'un peuple que cette caste ignore totalement, des conseillers qui, à l'image du Fou du Roi, n'ont qu'une crainte, celle de perdre leur place au moindre désaccord exprimé, nous arrivons à un point de non-retour. N'oublions pas des Partis de Gauche, dans leurs diverses déclinaisons, qui s'attribuent le droit de déterminer ce qu'il est bon ou non de penser voire, même, de voter et donc en arrivent à combattre l'expression populaire, fondement de la démocratie, relayés qu'ils sont dans cette glissade dictatoriale, depuis des décennies, par les divers médias, artistes, journalistes, syndicats et autres célébrités.

Nous allons sans doute passer d'une "Gauche Caviar" à une "Gauche œufs de Lump" ce qui, mettons-nous à la place des principaux concernés, n'a rien de particulièrement joyeux et, à l'image du chien auquel on retire son os, ils vont être d'une violence extrême et se croire tout permis mais ils oublient qu'au final, c'est tout bêtement le Peuple, la plèbe, les sans-dents et les incultes ( politiquement parlant, forcément ) qui glissent le bulletin dans l'urne.

Peut-être à tort, mais l'immigration est devenue, au fil des années, l'une des deux ou trois préoccupations majeures des Français et, depuis ces mêmes années, rien ne semble avoir été fait d'une manière palpable et visible qui aurait sans aucun doute limité la casse. Si un de mes patients est allergique aux fraises, j'aurais beau lui expliquer que c'est idiot, que c'est bon pour la santé, que c'est bourré de fibre, il y est allergique, point barre. Je me trouve alors devant l'alternative thérapeutique de lui conseiller soit de ne plus en manger du tout soit, au contraire, d'en consommer matin, midi et soir en espérant qu'il s'y habituera plus vite qu'il ne déclenchera un œdème de Quincke... Le 9 juin 2024, c'est ce qui s'est produit, le peuple a affiché tous les symptômes d'une telle réaction allergique !

J'ai souvent pensé que l'engagement politique servait de béquille au talent de certaines de nos célébrités, j'attends donc avec une certaine délectation de voir à quelle vitesse les béquilles vont changer de couleur mais, que voulez-vous, il est toujours plus facile et moins risqué de "voler au secours du succès" car, comme le disait Coluche, quitte à se faire des ennemis, autant faire le choix des moins nombreux.

Je dois reconnaître que le "Certificat de bonne vie et moeurs" attribué, haut la main, au Rassemblement National par Serge et Arno Klarsfeld, que l'on peut difficilement prendre pour des antisémites notoires ou des crétins finis, m'a procuré un immense plaisir, celui de constater que je n'étais plus le seul à considérer une certaine gauche plus dangereuse pour nos compatriotes juifs, encore présents en France, qu'une droite fantasmée et réduite, faute de mieux, au seul argument électoral du Nazisme, de la "Peste brune", de "bruits de bottes" par des partis qui n'ont pas hésité, eux, à comparer De Gaulle, en son temps, à un dictateur et un fasciste pour, maintenant, s'en réclamer les héritiers tout en oubliant, dans l’enthousiasme, que les trois authentiques et indiscutables fascistes du XXème siècle avait noms Benito Mussolini, Adolphe Hitler et Joseph Staline, deux socialistes et un communiste qui, pendant ces années noires, se sont entendus comme larrons en foire.

Je reste sans voix devant le choix politique porteur, et c'était très probablement le but, mais qui se situe au antipodes de ce que fut le véritable "Front Populaire" de Léon Blum au point que cette campagne qui confine à la tragi-comédie va opposer des acteurs qui sont, finalement, tous à contre-emploi. Contrairement à l'image d’Épinal, l'extrême-droite mène une campagne philosémite, pro-israelienne et sioniste tandis que la gauche, elle et sous la houlette de l'extrême-gauche, tient le discours inverse, parfois scandaleux et sordide, ne serait-ce que pour flatter un électorat immigré dont il a besoin.

Je nous souhaite, à nous tous, pauvres électeurs, bien du courage pour parvenir à trier le bon grain de l'ivraie d'ici le premier tour.

Connexion