Vendredi, Janvier 17, 2020
   
Taille

Recherche

30 décembre 2013, Nouvelle pénalisation ?

 

dieudonne
Avec l'aimable autorisation de l'auteur

Manuel Valls, le Ministère de l'Intérieur, a annoncé vendredi 27 décembre qu'il était en train d'étudier toutes les voies juridiques lui permettant d'interdire les réunions publiques de Dieudonné qui, selon lui, n'appartiendraient plus à la dimension créative et/ou humoristique tout en souhaitant, à travers cette démarche, "casser" la "mécanique de haine de Dieudonné et en finir avec l'impunité et la complaisance" dont l'humoriste controversé aurait bénéficié jusqu'à présent.

A défaut de pouvoir, purement et simplement, interdire les représentations, il est envisagé de donner instruction aux préfets, lors de chaque spectacle, d'apprécier le risque de trouble et s'il est justifié d'en interdire la représentation.

Une telle solution, si elle possède l'avantage de reporter sur les préfets la responsabilité d'interdire, ou non, tel ou tel spectacle, est difficile à mettre en œuvre et présente de nombreux inconvénients.

En effet, l'autorisation d'un même spectacle, en un lieu, et son interdiction en un autre constituerait la porte ouverte à toutes les polémiques et, surtout, à une "victimisation" quasi "publicitaire" d'un personnage qui, par ailleurs, ne fait pas dans la dentelle.

Il suffit, pour s'en convaincre, de revenir sur quelques uns de ses grands moments d'humour proférés sur la scène du théâtre de la Main d'Or...

« Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu'il ait le temps de faire sa valise » ... ou encore ... « Quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... Dommage », et, bien sûr, ses fans de rire à un humour qui ne peut être que du second degré....

Devant tant de difficultés qui mettent en balance la "liberté d'expression" et l'incitation à la "haine raciale", je me demande, tout compte fait, si la solution la plus simple ne consisterait pas, dans le même esprit que ce qui vient d'être fait pour les clients des prostitués, à instaurer une "pénalisation" des spectateurs de Dieudonné !

Le fil à couper le beurre... Pas d'interdiction délicate du moindre spectacle, abrogation du délit de "racolage" par voie d'affiches et, surtout, plus simple à appliquer puisqu'il suffirait de majorer directement le prix du billet des 1500€ de la contravention. Le spectateur qui, par malheur, n'aurait pas tout compris et aurait besoin d'une session de rattrapage, bénéficiant alors d'un prix abonné, verrait le prix de son billet majoré de 3.750€, tout comme les acheteurs récidivistes d'actes sexuels. De la même manière et dans la même logique, un « stage de sensibilisation à la lutte contre l'achat d'actes racistes » pourrait être prévu.

Une solution citoyenne que je livre, clé en main, à notre Ministre de l'Intérieur.

Connexion