Dimanche, Septembre 20, 2020
   
Taille

Recherche

25 avril 2011, retour de vacances.

Saine lecture !

Je l'avais déjà lu à sa sortie et, à ma grande surprise, il n'a non seulement pas pris une ride mais les effets collatéraux de certaines révolutions actuelles pourraient, même, avoir pour conséquence indirecte de le faire paraître "prémonitoire" au lieu de n'être que "concevable".

Rien que sa nouvelle préface, "Big Other", pourrait justifier l'achat de cette nouvelle édition.

Chef d'œuvre, assurément non, mais, néanmoins, roman fort intéressant à plus d'un titre, ne serait-ce que pour comprendre les raisons qui valent, tant au texte qu'à son auteur, d'être, à ce point, honnis par les tenants et détenteurs de la "bien pensance"...

... et d'un "politiquement correct" qui, aujourd'hui, lui vaudrait de ne pas être édité pour plus de quatre-vingt motifs juridiques et, très probablement, autant de condamnations. Mais, fort heureusement pour nous, les lecteurs, et malheureusement pour ceux qui en auraient volontiers fait un symbole, en France, les lois ne sont pas encore rétroactives. Il n'en reste pas moins paradoxal de constater que plus se multiplient les textes visant à lutter, à fort juste titre, contre toutes les formes de racisme, de xénophobie et de discrimination, plus toutes celles-ci tendent à s'exacerber.

A vouloir trop bien faire, n'aurait-on pas, quelque part, confondu cause et conséquence ?

Connexion