Lundi, Octobre 19, 2020
   
Taille

Recherche

Les Moins.

A surfer sur le Net, à visiter les blogs et à lire les commentaires sur Facebook, il semblerait que les moins soient largement majoritaires.

Ce qui me gêne et me laisse sur ma faim, c'est que l'on en reste au niveau viscéral, irrationnel et infiniment plus proche d'une littérature de gare que d'un  authentique, et étayé, "J'accuse" à la Zola que, dans ce cas, je serais heureux de relayer.

La soirée du Fouquet's.

 Cela fait plus de trois ans que l'on en entend parler ! L'Opposition n'aurait-elle, finalement, rien d'autre ou de plus important à se mettre sous la dent ? C'est du radotage ou un manque d'inspiration. Ceci étant, ce n'est pas le lieu qui m'a gêné, mais la chronologie des faits. Qu'un Président fête son élection chez Mac'Do, à la Tour d'Argent ou chez lui, avec des amis, n'a pas véritablement d'importance à mes yeux, mais à la condition qu'il aille, auparavant, remercier ceux auxquels il doit cette élection mais, n'en déplaise à ses détracteurs, je ne suis pas intimement convaincu que cela puisse justifier, à ce point, de meubler les longues soirées d'hiver

Le yacht de Bolloré.

 Quelle tempête dans un verre d'eau ! Il est pour le moins surprenant de constater que lorsqu'il s'agit de joueurs de football, de champions de basket, de stars du showbiz  ou, même, de finalistes de Koh-Lanta, du Loft ou de la Star Ac', dont les responsabilités sont, quand même, quelque peu moins importantes, voitures de sport de grand luxe, vacances dans des lieux idylliques, soirées délirantes, résidences de rêves, non seulement ne choquent personne mais constituent le fond de commerce des publications people et la délectation de leurs lecteurs. Alors que, lorsqu'il s'agit d'un Président et, surtout, qu'il n'est pas celui du Peuple de Gauche, quel drame pour certains, qui s'efforcent de nous le faire partager alors que, dans le même temps, chaque joueur de LOTO espère gagner le gros lot pour pouvoir en faire autant.

En 2012, afin de rompre avec le style de tous les présidents précédents, votons pour un SDF qui, lui, partira en vacances en auto-stop avec un simple sac à dos.

L'affaire Woerth-Bettencourt.

 Dans toute cette affaire, autrement plus marquée par les maladresses que par la malhonnêteté, il reste étonnant que des hommes ou des femmes politiques qui ont des responsabilités, qui sont intelligents et qui savent être sous la loupe de médias qui restent, à juste titre, à l'affut du moindre faux pas, en arrivent à donner l'impression de gamins qui ont piqué des confitures. De la même manière que pour Giscard et ses diamants, Dominique Strauss-Kahn et l'affaire de la MNEF, aucun n'a pris la mesure de l'impact populaire de ce qui leur a semblé, à eux, insignifiant par rapport aux responsabilités dont ils avaient la charge. Les rapports entre Éric Woerth, l'emploi de sa femme et Liliane Bettancourt me font penser à un couple, un couple normal, dont le mari s'occuperait de pompes funèbres et la femme, elle, serait médecin... Même si c'est injuste, je laisse à imaginer les plaisanteries qui circuleraient et, à partir du moment où le bon sens populaire se persuade qu'il n'y a pas de fumée sans feu, c'est devenu  irrattrapable !

Notre faculté à "saucissonner" les problèmes.

 Cette propension ne date pas de 2007, qu'on se le dise, mais la réforme des retraites en est un nouvel exemple. Devoir repousser l'âge légal de la retraite de deux ans est démographiquement nécessaire mais n'est, et chacun le sait, qu'un premier pas. Il n'en reste pas moins vrai que l'on n'a pas réglé le problème des seniors qui vont devoir faire le grand écart entre le fait d'être à la fois en "pré-retraite" et travailler plus longtemps, ni, surtout, pourquoi la France est, à ce point, à la traîne des autres pays européens. On trouve une solution à un problème sans sembler voir les pièces du puzzle qui créent ou entretiennent ce même problème : coûts salariaux et charges sociales.

A suivre...

Connexion