Mercredi, Août 12, 2020
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

Petit témoignage sans importance.

Posté par le dans Votre Dazibao Hexagonal.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4980
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

Comme le savent certains visiteurs réguliers de ce blog ( http://maximetandonnet.wordpress.com/, ndlr ), j'ai travaillé à l’Élysée pendant 4 ans et demi comme conseiller pour les affaires intérieures du président Sarkozy.

Le monde médiatique et politique tend aujourd'hui à réduire cette période à des affaires de caniveau. J'ai participé à une centaine de réunions au moins, parmi les plus sensibles, avec le président et les ministres, des dizaines de déplacements sur le terrain ou à l'étranger, entre mai 2007 et août 2011 autour du chef de l’État. Ma parole d'honneur, j'ai rencontré M. Patrick Buisson une fois, par hasard dans la cour d'honneur de l’Élysée; nous nous sommes croisés et avons échangé deux ou trois mots.

J'ai le souvenir, déjà lointain, d'une équipe au pouvoir autour du chef de l’État et du Premier ministre, obnubilée par la volonté de réussir, de "sortir la France de la crise", acharnée à réussir ses réformes, dans un climat excessivement fébrile en interne et un environnement extrêmement hostile, entre une droite protestataire haineuse et une opposition socialiste tout aussi furieuse.

Les réussites et les progrès accomplis, que seuls les gens sectaires peuvent nier, se mêlent aux erreurs de cette époque, les nôtres, aux échecs et aux déceptions. C'est normal, cela fait partie du jeu du pouvoir. Rien n'est plus idiot que de croire qu'on peut changer d'un coup les choses autrement que par le travail intense et l'effort, par un remède miracle, un slogan, ou une baguette magique.

Je garde en mémoire un mélange de grandes joies, de satisfactions et de vives souffrances aussi, que je ne revivrais pour rien au monde. Bien entendu des épisodes ont pu m'échapper, notamment après mon départ en août 2011. Pour autant, en 4 ans et demi, témoin privilégié, je n'ai jamais observé autre chose qu'une détermination de fer à faire avancer la France, dans un climat de pression intense et de travail, de jour, de nuit, le dimanche et toute l'année, comme je n'en ai jamais connu ni imaginé dans aucun milieu.

Maxime TANDONNET

Notez cet article:
2
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion