Vendredi, Mars 05, 2021
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

Vers une crise majeure ?

Posté par le dans Votre Dazibao Hexagonal.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 5290
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

L'affaire Leonarda prend tous les jours de l'ampleur et semble faire vaciller l’État sur ses bases : les médias et la presse sur-mobilisés, des lycéens dans la rue, l’Élysée en ligne de mire, Matignon dépassé, retour précipité des Antilles du ministre de l'Intérieur.

La guerre déclarée ? Attentat terroriste monstrueux ? Non. Un fait ordinaire de la vie publique est à l’origine de psychodrame : la simple mise en œuvre du droit de l’entrée et du séjour. Chaque année, 30 000 reconduites à la frontières sont appliquées sous le contrôle méticuleux de la justice. Dans cette masse, malgré les précautions prises, une ou deux erreurs de droit ou d’opportunité sont commises, elles sont d’habitude réparées sans que cela n’intéresse personne.

Il n’y a pas une once de générosité de la part des organisateurs de la secousse de ces derniers jours. S’ils étaient motivés par des convictions humanistes, ils parleraient de toute autre chose, par exemple de cette flambée d’horreur en Centrafrique ou des femmes et des enfants sont en ce moment torturés et massacrés dans la plus grande indifférence.

Nous avons en réalité affaire à une tentative d’exploitation de faux sentiments humanitaires destinée à déstabiliser l’État. Le but est largement atteint. Un non événement est en train d’ébranler le pouvoir politique, montrant que celui-ci a atteint un niveau d’extrême fragilité et précarité. L'affaiblissement de l'autorité de l’État, au sens fort, en est la cause profonde. Aucune solution politique ne se présente aujourd'hui. Nous sommes face à l'abîme de l'inconnu, sans doute à la veille d’une crise sociale et politique majeure que nul n’est prêt à affronter.

Maxime TANDONNET

Notez cet article:
1
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion