Mardi, Juillet 14, 2020
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

Syrie, la fin de l’Europe ?

Posté par le dans Votre Dazibao Hexagonal.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4702
  • 2 commentaires
  • Signaler cet article

L’Europe est en principe, dans le discours quasi unanime de la classe dirigeante et intellectuelle, l’entité politique supérieure à laquelle appartiennent les nations européennes. Cette affirmation relève du dogme intangible. Cependant, il faut bien être aveugle aujourd’hui, ou hypocrite, pour ignorer à quel point cette union à 28 est aujourd’hui moribonde.

europe-drapeau

Bien sûr les institutions de l’Europe, son Conseil, sa Commission, son Parlement, sa cour de justice, continuent de fonctionner d’un point de vue bureaucratique, à produire des normes et des sanctions qui tombent chaque jour à la pelle. Mais l’esprit de l’Europe, son essence n’en finit pas de mourir et l’affaire syrienne est particulièrement révélatrice de cette agonie.

D’unité des grands États européens sur ce dossier crucial - la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, Italie, Espagne, Pologne – il n’est même pas question, nul n’y songe sérieusement. Cette perspective semble relever de la pure utopie, appartenir à un autre monde, une autre époque. En 30 ans, le recul de l’idée européenne est époustouflant.

Lisons les mémoires de Valéry Giscard d’Estaing. Jamais il ne prenait une décision sensible sur le plan international sans concertation étroite avec son ami Helmut Schmidt. En dehors des symboles, il ne reste plus grand-chose au fond, désormais, de l’amitié franco allemande. Pourquoi ? Parce que l’unité de l’Europe se fondait sur un équilibre entre ces deux États. Dès lors que la France a décroché de manière radicale par rapport à son voisin d’Outre-Rhin sur le plan économique, pour n’avoir pas accompli les réformes nécessaires, cette rupture tragique dans l’histoire de l’Europe devenait inévitable.

Nous sommes donc désormais confrontés à l’existence d’une Union européenne qui n’existe plus que par sa bureaucratie, la contrainte et la routine de ses procédures, Léviathan décervelé, aveugle et sans âme. Ce monstre privé d’esprit, d’idéal, de mystique comme disait Charles Péguy, qui n’a plus rien d’une « Union » et encore moins « européenne », peut encore courir quelques années, mais son effondrement, brutal ou progressif, paraît inévitable.

La refondation de l’Europe sera l’une des priorités de l’avenir, une Europe unie, vivante, dynamique, nettoyée de ses vieux oripeaux. Elle pourrait ainsi partir d’un principe simple , susceptible d’être mis en œuvre sans délai, sans réforme des institutions : les grandes décisions internationales, par exemple sur la question d’intervenir ou non en Syrie, se prennent dans le cadre d’une alliance à 6, France, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne, Italie, Pologne.

Trop simple, trop évident et donc inconcevable: cela aurait pour effet de priver les uns et les autres de la possibilité de fanfaronner avec des postures guerrières.

Maxime TANDONNET

Notez cet article:
2

Participant à cette conversation

  • Pour aller dans le sens de cet article, auquel j'adhère en tous points, au delà même de l'Europe, force est de reconnaître que nous apprenons, selon les termes journalistiques, que le G20 s'est déroulé "coupé en deux", c'est à dire, avec mauvais esprit, que finalement il s'agirait de deux G10 qui se seraient réunis simultanément. Par ailleurs, le moins que l'on puisse dire c'est que l'ONU, de son côté, n'a jamais autant mérité ce que De Gaulle en pensait... "Le grand machin."

    Dernière édition du commentaire il y a environ 6 ans par Administrator
  • Invité (Daniel Gouacide)

    Signaler

    L'Europe n'a pas été créé pour elle même mais pour renforcer un pays "tiers" sur bien des plans.
    Pas l'ombre d'une union politique dans toute l' histoire de l'UE, ni de sa mère la CEE.

    Le nécessaire business n'est cependant pas suffisant pour envisager un union durable. De Gaulle l'avait vu.

    Nous voila maintenant ridicule avec une UE essentiellement bureaucratique. Bureaucratie qu'elle s' efforce justement de réduire au niveau national. Quelle ironie.

    Nous voila ridicule devant la géopolitique mondiale ou il est devenu impossible de cachet notre rôle de chien-chien.

    Nous voila tout aussi ridicule, responsable du ralentissement de la croissance mondiale.

    L'entêtement des européistes "de principe" est resenti durement dans la chair du peuple mais l'honneur de ces Delors, Giscard et autres géniteurs de l'UE doit rester sauf. Tous les articles de Lisbonne doivent être appliqués...
    ...sauf le numéro 50...

    Dernière édition du commentaire il y a environ 6 ans par Administrator

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion