Samedi, Avril 04, 2020
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

Catégories

Votre Dazibao Hexagonal.

dazibaoContrairement à ce que l'on pourrait supposer, la liberté d'expression populaire, par voie d'affiches, était une grande tradition de la Chine Impériale.

Le "dazibao", qui est le nom de cette affiche rédigée par tout citoyen désirant critiquer l'administration ou s'exprimer sur un sujet politique ou moral, était placardée dans les rues et même, parfois, devant le tribunal, le symbole pourtant du Pouvoir et de l'Autorité, afin d'être lue et commentée par tous.

Nous avons la chance, en France, de bénéficier d'une liberté d'expression relativement enviable, garantie par l'article 10 de la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", déclaration reprise dans le premier paragraphe du préambule de notre actuelle Constitution alors, profitez-en...

Vous avez donc une totale liberté pour vous exprimer ici mais, de grâce, souvenez-vous que, comme toute liberté, elle a des limites qui ne sont autres que celles de la diffamation, des propos injurieux ou outrageants et de toute forme de discrimination ou de racisme. Dans quelques jours, vous pourrez créer votre propre compte et lancer un sujet de discussion, voire de polémique...

  • 67 Nombre d'articles
  • 1 Blogueurs actifs dans cette catégorie

Transparence 2.0

Ou comment donner libre cours à une force que je crois invincible, une force qui transcende les clivages politiques, une force dans laquelle tous les Français, sans exception, se retrouveront et qui, vous l'aurez deviné, n'est autre que « La Force Invincible du Portefeuille » doublée et renforcée, il est vrai, par les discussions de bistro.

revolution
Avec l'aimable autorisation de l'auteur

Cela ne nous rajeunira pas mais il est établi, depuis De Gaulle, que notre pays a besoin de réformes structurelles profondes mais qu'elles sont électoralement suicidaires donc absolument inenvisageables, à moins de tourner résolument le dos à une politique de l'agénésie testiculaire qui demeure la nôtre depuis des dizaines d'années. Nous venons, d'ailleurs, de voir la manière dont un Président sortant s'est fait ... sortir pour avoir tenté d'en initier un certain nombre.

Comment espérer, ne serait-ce qu'une seule toute petite seconde, voir les Français, connus pour leur conservatisme et leur corporatisme, adhérer à des réformes sans leur avoir, préalablement, mis sous le nez "les chiffres" afin de leur laisser imaginer ce qu'ils auraient à y gagner, les poussant, ainsi, à réclamer ces mêmes réformes, au lieu de les combattre par avance.

Ceci étant, notre Société ayant très insidieusement laissé se reconstituer deux des Trois Ordres d'avant la Révolution et des féodalités d'un autre âge, je suis intimement persuadé que notre moderne "Noblesse" et notre moderne "Clergé" sont très heureux de pouvoir prêter au Peuple leur propre refus de la moindre réforme. Ces fameux "Corps intermédiaires", sur lesquels Sarkozy s'est cassé les dents pour n'en avoir mesuré ni le pouvoir de nuisance ni la volonté d'immobilisme, contribuent à maintenir une partie de la Nation dans une situation digne d'un lointain "Tiers État", à savoir taillable et corvéable à merci.

Si quelques unes de ces propositions ne sont, finalement, rien d'autre qu'une mise à jour ou un dépoussiérage de notre vénérable "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", il ne faut y voir que l'une des vertus des grands textes, celle de graver dans le marbre les "fondamentaux intemporels". De plus, proches d'un texte explicitement repris dans le préambule de notre Constitution, ces quelques pistes restent, en tous points, "Constitutionnelles" et visent à agir comme des dominos dont la chute d'un seul entrainerait celle des autres, car faire des propositions "yaka-fokon" est extrêmement facile, en mesurer les effets collatéraux, positifs ou non, l'est infiniment moins.

Sans prétendre à l'exhaustivité ni espérer régler nos problèmes en huit propositions, qui se complètent et se renforcent les unes les autres, je suis convaincu qu'en légiférant moins mais en laissant le Peuple, mieux informé, s'exprimer, choisir, être lui-même un contre pouvoir sans en appeler, sans cesse, à des élus qui, dans nombre de cas, sont juges et parties, la France peut tourner le dos à ses lourdeurs, ses archaïsmes et, disons-le, à certaines de ses scléroses.

Bonne lecture, tout en vous rappelant que les commentaires vous sont ouverts.

  • 8 Nombre d'articles
  • 1 Blogueurs actifs dans cette catégorie

Gouvernance Française.

gouvernance
Avec l'aimable autorisation de l'auteur

Il est évident que les quelques pistes "prêtées" ci-contre à François Fillon, si elles sont frappées du sceau du bon sens et qu'elle sont absolument nécessaires, ne représentent, en fait, que l'infime partie visible de l'iceberg des coupes, réductions et modernisations dont notre pays a le plus grand besoin.

Un besoin particulièrement impérieux, d'ailleurs, mais qui exposerait le responsable politique qui semblerait avoir l'impudence de vouloir, réellement, aller au bout de ce genre de décision à un suicide électoral voire à une fatwa lancée par tous, y compris par les membres de son propre bord ainsi que nous l'avons constaté lorsqu'il fut envisagé de supprimer le numéro du département sur les plaques minéralogiques...

C'est d'autant plus désolant qu'il est parfaitement établi que nous sommes les champions toutes catégories du nombre de communes, de départements et de régions, les champions de la multiplicité des couches, strates, redondances administratives et étatiques servant d'intermédiaire entre nos quelques 36000 communes et le sommet de l'Europe, les champions des délais de transposition en droit interne de ses Directives, les champions du nombre d'élus, de Parlementaires, de Sénateurs et de Partis Politiques, les champions de l'immobilisme et de l'incapacité foncière à la moindre réforme structurelle, les champions des taxes, charges et prélèvements, les champions d'une extraordinaire inventivité linguistique dans la création de Ministères, souvent de pures circonstances à l'image de celui du "Temps libre" ou, encore, de celui des "Droits des femmes", les champions de la publications de textes, décrets et règlements et les champions des lourdeurs et lenteurs qui en sont les conséquences directes.

Depuis que je suis en âge de voter, soit 40 ans tout de même, j'entends soulever à chaque élection les mêmes sujets récurrents : l'égalité homme-femme, la prolifération des "Commissions Théodule", la prise en compte du vote blanc, le non-cumul des mandats, l'éthique et la déontologie des élus, l'immigration, le vote des étrangers, la réduction du nombre de fonctionnaires, la rengaine du déficit de la Sécurité Sociale, la défense de services publics, la délinquance, l'insécurité et tant d'autres qui ne semblent, soudainement, prendre d'importance que dans les semaines qui précèdent une échéance électorale et qui ne seront, comme d'habitude, pas plus solutionnés cette fois-ci que précédemment.

  • 6 Nombre d'articles
  • 1 Blogueurs actifs dans cette catégorie

Environnement, Bruits, Pollutions.

82% des Français subissent des nuisances sonores !

justice

Avec l'aimable autorisation de l'auteur

S'il est un constat parfaitement établi aujourd'hui et que les médias ont relayé à l'envi, c'est celui qui établit que plus de huit Français sur dix, 82% pour être précis, se plaignent et souffrent du « bruit » ou, pour une meilleure qualification, de pollution sonore dans leur vie quotidienne.

Certes, la notion de bruit peut être large et revêtir bien des formes, que ce soit depuis la banale fête nocturne chez un voisin, les bruits d'aéronefs, de circulation routière, de chantiers jusqu'aux nuisances importantes et constantes induites par des installations industrielles, de climatisation, de centrales de traitement d'air...

Plus encore qu'un banal trouble de voisinage, il s'agit d'un véritable enjeu de santé publique puisque l'Organisation Mondiale de la Santé, pour sa part, vient de rendre un rapport confirmant l'impact particulièrement négatif sur la santé des victimes de cette forme de pollution au point, même, de contribuer à réduire, en moyenne, de 10,7 mois leur espérance de vie en bonne santé.

Ceci étant posé, force est de constater qu'en l'absence de textes clairs, la Justice, qu'elle soit administrative ou civile, est contrainte de rendre un verdict fondé sur une appréciation « souveraine » dès lors qu'il s'agit de définir une juste et équitable indemnisation.

Certes, la Justice est Humaine, donc faillible, mais il n'en demeure pas moins inconcevable de relever de telles disparités d'analyses d'une juridiction à une autre ou d'un jugement de première instance à l'arrêt rendu en dernier recours et, ce, dans la cadre, pourtant, d'une même affaire, conduisant à une insécurité juridique particulièrement dommageable.

Pour prendre un exemple, remarquons le déséquilibre qui s'établit entre la victime d'un tapage nocturne et celui qui en est à l'origine. Le premier, au beau milieu de la nuit, se trouve contraint d'appeler le commissariat, d'obtenir que la police se déplace et pénétre au sein de son logement pour constater l'infraction. Certes, le contrevenant s'expose à une amende forfaitaire pouvant aller jusqu'à 180€ et, ce, autant de fois qu'il y a récidive. Ceci étant, rien n'est prévu en ce qui concerne la victime, alors que c'est elle, et elle seule, qui a subi le préjudice mais ni les forces de l'ordre ni l'État auquel, pourtant, sera affecté le montant de la contravention.

Pour avoir eu le bonheur immense d'avoir fait partie de ces Français, et  si j'ai toujours refusé de faire de la "politique", je vais entamer une démarche militante et "citoyenne" en profitant des nombreux lecteurs qui me sont restés fidèles pour tenter, autant que possible, de faire quelque peu bouger les lignes et la jurisprudence, tout en prodiguant quelques conseils fruits de mon expérience.

En effet, si les textes législatifs, juridiques ou réglementaires paraissent clairs, les interprétations qui peuvent en être faites par différentes juridictions le sont bien moins lorsqu'il s'agit, par exemple, du rôle et des prérogatives des maires, ou de la Justice elle-même quand il s'agit de l'indemnisation des victimes.

  • 4 Nombre d'articles
  • 1 Blogueurs actifs dans cette catégorie

L'immigration.

immigration
Avec l'aimable autorisation de l'auteur

De tous temps présente en France et, globalement, plutôt bien gérée et tolérée jusque dans les années 80, ce simple phénomène migratoire s'est vu propulsé au rang de "Problème" grâce à un coup de génie politique Mitterrando-Le Peniste.

Un "problème", donc, fabriqué de toutes pièces par deux hommes politiques que tout semble opposer mais qui vont néanmoins se trouver un intérêt électoral commun, celui de donner vie à la "Créature Frontiste".

Et là, François Frankenstein assisté de son fidèle Ygor Le Pen, tentent l'Expérience et c'est une réussite, une réussite qui va même au delà de leurs plus folles espérances, le "Croquemitaine" est là, sous leurs yeux.

Il vit, il respire mais il se nourrit exclusivement d'hommes, de femmes ou d'enfants originaires d'Afrique du Nord ou d'Afrique Sub-Saharienne.

Face à un régime alimentaire dont la sélectivité pourrait gêner nombre de ses émules, notre bon Docteur, très probablement grisé par la réussite de sa première expérience, va imaginer et concevoir, cette fois, "Touchpa Monpoth". Une nouvelle créature, forcément gentille et bourrée de bonnes intentions puisque son seul et unique rôle consiste à défendre et protéger les proies potentielles de "Croquemitaine" et qui, elle et en guise de nourriture, se contente des récompenses de son créateur et de ceux et celles qu'elle a sauvé.

Sous une forme plus politique, donc autrement moins drôle, c'est pourtant très exactement ce qui s'est produit en 1982 et depuis trente ans, alors que tout le monde le sait, ces deux créatures continuent de pourrir le débat politique Français en interdisant à une Droite qui se sent obligée d'ajouter "Républicaine" au cas où, d'avoir l'idée, pas si mauvaise que ça au demeurant, d'affamer Croquemitaine en s'alimentant de sa propre nourriture ou bien en limitant l'importation de celle-ci mais en portant, de ce fait, préjudice à l'une, à l'autre voire, paradoxalement, aux deux créatures simultanément.

Il fut un temps où l'on disait "je ne suis pas antisémite, mais...", "je ne suis pas croyant, mais...' ou bien encore "je ne suis pas homosexuel, mais...", aujourd'hui, il n'est pas une discussion concernant ce sujet tabou qui ne débute pas par un prudent "je ne suis pas Lepéniste, mais..." ! Quelle extraordinaire réussite de la part d'un Parti qui, au coeur des années 1970, culminait à 0,74% des voix et qui, maintenant, est l'arbitre d'un bon nombre d'élections et oblige chacun d'entre nous, hommes politiques compris, à revendiquer d'être "contre" de crainte que cet oubli, ou cette simple évidence, ne fasse de lui un sympathisant virtuel exposé au lynchage médiatique des héritiers spirituels de notre bon Docteur !

  • 2 Nombre d'articles
  • 1 Blogueurs actifs dans cette catégorie

Connexion