Jeudi, Avril 15, 2021
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

Nostalgie, nostalgie.

Posté par le dans Votre Dazibao Hexagonal.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4935
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

L'actualité me déprime tellement que je ne sais plus de quoi parler. 3,3 millions de chômeurs ? La politique de la terre brûlée fiscale ? la polémique sur le droit du sol ? De rencontre en rencontre, je n'entends plus qu'un son de cloche partout: quel pays ! Quel désastre ! Ce soir, j'ai envie d'une petite plongée dans le passé, dans la France du fond de l'histoire.

Quand j'écrivais mon livre 1940, un autre 11 novembre, éditions Tallandier, en 2007- 2008, j'ai rencontré des personnes très âgées, nonagénaires, qui avaient connu la période de l'Occupation. Elles m'ont raconté leur vie d'un autre temps, d'une autre époque. En 1941, la France occupée, martyrisée, se trouvait au fond du gouffre mais tout espoir était permis tant sa grandeur survivait dans la conscience des Français. Voici le récit d'une personne dont je ne sais si elle est encore en vie, sur la base des notes prises lors de notre rencontre. C'est entièrement authentique, j'en donne ma parole d'honneur. Lisez, elle exprime tout simplement la France.

Récit de Marie-Thérèse Froux (épouse Raymond) 1941

"Tous les matins, en arrivant en classe, à l’école primaire de Sartrouville, je faisais chanter La Marseillaise à mes élèves. Le directeur de l’école l’a appris et m’a aussitôt convoquée dans son bureau. La Marseillaise était alors un chant interdit, maudit, sacrilège aux yeux des autorités d’occupation.

– Vous vous rendez compte de ce que vous faites ? Vous voulez anéantir la réputation de l’école ? Vous voulez provoquer une descente des Allemands dans notre établissement ? Vous pensez que nous n’avons pas assez d’ennuis comme ça ?

– Je croyais faire mon devoir, monsieur le directeur.

J’ai donc mis fin à ce rituel patriotique. En revanche, moi qui suis d’origine lorraine, j’ai enseigné à mes élèves La Marche lorraine : "En passant par la Lorraine avec mes sabots." Pouvait-on me reprocher de leur faire chanter ce refrain à la fois si enfantin et si lourd de sens ? Oui, car le directeur m’a convoquée une deuxième fois. Alors très en colère, il me traite de folle furieuse et me jure que "tout ça va mal finir pour moi". Il n’était pas spécialement collaborateur ; il n’était rien du tout ; il avait la frousse, c’est tout, pour sa situation, pour sa sécurité.

En revanche, à mon grand étonnement, les parents d’élèves, que je rencontrais à la sortie des classes, ne m’ont jamais fait la moindre remarque. Les paroles de La Marche lorraine, ils ont pourtant bien dû les lire dans les cahiers de leurs chers petits. Et puis un jour d’hiver, alors que mes enfants, mes élèves, pâles comme la mort, avaient froid, faim et peur des bombardements, je leur ai dit : "Il y a un général, à Londres, qui veille sur nous et qui viendra un jour nous délivrer." C’en était trop sans doute.

Je suis convoquée, pendant l’hiver 1941 par le commissaire de Sartrouville. C’est un monsieur trapu, le regard sombre qui porte une petite moustache. Il m’attend debout derrière son bureau, en costume-cravate, l’air solennel, entouré de deux fonctionnaires en uniforme. Je n’ai rien oublié de ses propos.

– C’est une honte, mademoiselle! Des parents vous ont confié leurs enfants pour que vous les éduquiez dans le droit chemin ! Et qu’en faites-vous ? Vous les entraînez dans l’errance et le mensonge. Mademoiselle, cela va vous coûter très cher ! Sachez que le maréchal Pétain sait où est le bien de notre pays! Vous n’avez pas à critiquer sa parole, surtout en face de jeunes enfants! La leçon de morale, prononcée sur un ton de rage froide, dure dix bonnes minutes. Puis il fait signe à ses deux fonctionnaires de sortir : « Laissez-nous messieurs ! » Son visage se décrispe soudain. Il s’assied derrière son bureau. À ma grande stupéfaction, une fois les deux policiers sortis, il me demande de m’asseoir à mon tour et, sur un ton adouci, me tient un tout autre langage.

– Mademoiselle, ce que vous faites est imprudent et surtout inutile. Je suis avec vous, de tout mon cœur. Mais les provocations ne servent à rien. Une enquête est en cours vous concernant. Je n’ai pas pu l’éviter. Il y apparaît que vous avez participé à la manifestation du 11 novembre 1940…

– Mais, c’était il y a plus d’un an.

– Oui, mais vous avez été dénoncée et de plus le dossier de l’enquête n’a fait que s’épaissir… Ils savent absolument tout sur vous. Vous allez être arrêtée par la Gestapo d’un jour à l’autre. Je vous ai convoquée pour vous prévenir et vous dire de partir sans attendre. Ne retournez pas chez vous. Prenez le premier train pour rejoindre vos parents à Lyon où vous serez en sécurité, en zone libre.

Cet homme s’appelait le commissaire O.., d’origine corse et chef de l’un des principaux réseaux de Résistance. J’ai pris le premier train pour Lyon. Grâce à lui, j’ai échappé à une arrestation de la Gestapo, probablement à la torture et à la déportation. Lui est mort en déportation. Après la Libération, je n’ai pas voulu retourner à l’Éducation nationale : trop de souvenirs et d’émotion.

Je me suis engagée avec passion dans l’action en faveur des prisonniers de guerre de retour d’Allemagne. Ayant été révoquée pendant la guerre pour "sympathie gaulliste" et hostilité envers le régime de Vichy, je n’ai eu aucune difficulté à être réintégrée dans la fonction publique en 1948, d’autant plus qu’entre-temps, j’ai réussi ma licence de droit. J’ai choisi un poste de rédacteur au ministère en charge des prisonniers de guerre et c’est dans ces fonctions que j’ai fait carrière."

Maxime TANDONNET

Notez cet article:
1
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion