Samedi, Mars 28, 2020
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

Décibels et normes acoustiques.

Posté par le dans Environnement, Bruits, Pollutions.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 363
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

Avant tout, il est bon de rappeler que les mesures de niveaux sonores sont toujours exprimées en décibel et, de plus, selon une échelle logarithmique.

Ainsi, 3 décibels supplémentaires correspondent à un niveau sonore deux fois plus important, et 10 décibels multiplient celui-ci par 10. De même, les décibels ne s'additionnent pas tels quels : deux machines à laver produisant un niveau sonore de 60 décibels chacune ne provoqueront pas un bruit de 120 décibles mais de 63 décibels...

Les mesures s’étendent de 0 dB, défini comme le seuil de l’audition humaine, à 120 dB, seuil d’apparition de la douleur. L’usage de cette unité présente les avantages suivants :

    • pouvoir représenter de très grands nombres puisque le seuil d’apparition de la douleur, 120 dB, correspond à un « 1 » suivi de douze « 0 » soit mille milliards de fois le niveau 0 dB, seuil de l’audition,

    • simplifier les calculs puisque, par exemple, si le niveau du bruit double, cela correspond à l’émission de 3 dB de plus ( +3 dB ) et, inversement, si le bruit diminue de moitié, son niveau sera de 3 dB de moins ( -3 dB ).

La petite abaque, çi-dessous, permet de déterminer très facilement le rapport de puissance entre un niveau référence et une valeur mesurée.

Expression en dB 1 2 3 4 5 6 7 8 0 10 20 ...
Rapport de puissance 1,3 1,6 2 2,5 3,2 4 5 6,3 8 10 100 ...

Soit, par exemple, une émergence mesurée de 15 dB, soit 10 + 5, la colonne 5 dB, en haut, indique que le rapport de puissance est de 3,2 tandis que la colonne 10 dB indique un rapport de 10, dans ce cas, le niveau acoustique sera de 32 fois le niveau de référence ( = 10 x 3,2 ). Une émergence mesurée de 23 dB, soit 20 + 3, indique pour la colonne 3 dB un rapport de 2 et pour la colonne 20 dB un rapport de 100. Cette fois, le niveau acoustique sera autrement plus important et atteindra, cette fois, 200 fois le niveau de référence ( = 100 x 2 ).

decibels
 Echelle des décibels

Ceci pour exprimer le fait que, si l’usage des décibels et, donc, des logarithmes simplifie les calculs, comprime l’échelle des valeurs et décrit mieux la relation entre la « sensation perçue » et l’intensité véritable du stimulus ( Loi de Weber / Fechner ), c’est aussi avec le risque d’en oublier l’importance physique réelle de celui-ci.

Le graphique, çi-contre, donne une petite idée des valeurs moyennes auxquelles, selon les conditions et dans la vie quotidienne, nous pouvons être confrontés.

Ces quelques petits "rappels" ne sont là que pour aborder le fait qu'en cas de "nuisances sonores" dont vous auriez à vous plaindre, toutes les expertises effectuées seront fondées sur ces fameux décibels, l'importance de l'émergence et, éventuellement, les résultats d'une analyse spectrale.

 

 

L'émergence.

A la différence de quelques autres pays, la France se fonde, elle, sur la notion d’émergence pour établir le dépassement, ou non, des normes établies par le Code de la santé publique ( art. R. 1334-33 et R. 1334-34 ) et pour confirmer l’existence d’une infraction pour atteinte à la tranquillité du voisinage et à la santé de l’homme ( art. R. 1334-32 du même code ).

L’émergence part d'un principe très simple puisqu'il consiste à effectuer deux mesures. L'une relève le niveau acoustique TOTAL, comprenant le bruit ambiant habituel, le bruit de fond, ainsi que la source sonore impliquée, la seconde, après avoir mis à l'arrêt ou supprimé l'installation source du bruit et susceptible de provoquer la gêne.

La différence entre les deux, exprimée en décibels, établissant le niveau d'émergence effectif lequel, par exemple, la nuit et pour un fonctionnement plus de huit heures consécutives, ne doit pas dépasser 3 dB(A).

Les valeurs admissibles de l’émergence sont de 5 dB(A) en journée (de 7 à 22 heures) et de 3 dB(A) en période nocturne (de 22 à 7 heures).

Ces valeurs peuvent être corrigées par un terme correctif selon la durée cumulée d’apparition du bruit pendant la période concernée. Une durée très courte, par exemple inférieure ou égale à une minute, autorisera un facteur correctif de 8 dB(A).

L'analyse spectrale.

spectre
Exemple d'analyse spectrale

L'analyse spectrale n'est rien d'autre qu'une mesure d'émergence plus fine et plus précise puisqu'elle effectuera le relevé sur une série de bandes de fréquences normalisées ( norme NF S 30 002 ) par octave ou même par tiers d'octave.

Une analyse qui, par exemple, trouve sa pleine justification lors de nuisances provoquées par une discothèque dont les basses fréquences peuvent, dans certains cas, pulvériser toutes les normes telles que définies par les codes au point de faire "trembler les murs"...

Une situation pour le moins désagréable qui introduit le concept des "bruits solidiens", c'est à dire transmis par les solides ( murs, plafonds, fenêtres même double vitrage etc.. ) et contre lesquels aucune solution n'existe sauf la suppression radicale de la nuisance ou la mise en place d'un "limiteur de puissance" inviolable et correctement réglé.

La Cour Européenne des Droits de l'Homme ( CEDH ), dans son article 8, s’est prononcée dans plusieurs affaires où la qualité du milieu environnant d’une personne était en cause, affirmant que des facteurs environnementaux dangereux ou perturbateurs peuvent avoir un effet négatif sur le bien-être individuel.

L’article 8 peut trouver à s’appliquer dans les affaires d’environnement, que la pollution soit directement causée par l’État ou que la responsabilité de ce dernier découle de l’absence de réglementation adéquate de l’activité du secteur privé.

Ce petit vademecum n'a d'autre but que de vous permettre de soulever un coin du voile de ce qui vous guette si vous estimez subir une "pollution sonore" et que vous n'avez pas l'intention d'en rester là, passivement.

Si cet article vous est utile, n'hésitez pas à contribuer à faire de moi "Monsieur Nuisances sonores".

Notez cet article:
1
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion