Samedi, Juin 06, 2020
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

CHAPITRE 6.

Posté par le dans DES GAULOIS A TON SMARTPHONE.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 4275
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

An 843, l’indépendance d’Hugues Capet face au Saint Empire romain germanique.

Au traité de Verdun de 843 après J.-C., l’Empire carolingien est démantelé entre les trois petits-fils de Charlemagne. Ça va tirer dans tous les coins. Prépare le gilet pare-balles, le partage commence et les mortiers vont voler dans tous les sens comme dans un office notarial à la lecture d’un testament. Bienvenue à Snipers paradise.

À Charles le Chauve (il avait une calvitie précoce) revient la partie occidentale, la Francie occidentale que l’on appellera « France » en 1200.

À Lothaire Ier revient la Francie orientale que l’on va appeler « la Lotharingie », qui donnera plus tard la Lorraine. C’est entre autres parce qu’il y a eu l’existence de ce Lothaire que pendant mille ans, les Français et les Germains vont s’écharper pour essayer de récupérer cette part. Mille ans de baston pour la Lorraine, quand je te disais qu’un partage mal fait génère des conséquences dramatiques.

La partie de la Lotharingie est floue, elle n’a pas de vraies frontières naturelles, excepté au Nord et au Sud, frontières délimitées par la mer du Nord et par la Méditerranée. C’est une ligne de fracture fondamentale, un long couloir central du continent européen, une pièce de l’Empire qui ne ressemble à rien. Pour le troisième, Louis le Germain, l’Allemagne et tout l’Est de l’Europe.

L’empire de Charlemagne s’est désintégré mais pas pour longtemps, tel le phénix qui renaît de ses cendres.

Avant de continuer ma passionnante histoire, sais-tu qui est le phénix, lecteur ou dois-je te faire un arrêt sur image ? Par acquit de conscience, je te fais un résumé succinct.

Le phénix est un oiseau légendaire, doué d’une grande longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s'être consumé sous l'effet de sa propre chaleur. Un truc de dingue, comme tu peux le constater. Cet oiseau symbolise ainsi les cycles de mort et de résurrection. Il y a des phénix grecs, romains, païens, chrétiens, il y a des phénix à toutes les époques et dans toutes les contrées. Excepté la Corée du Nord, mais là-bas, c’est spécial.

C’est désormais le roi de Germanie qui décide à son tour de se faire couronner empereur. Il s’appelle Otton Ier. Pour éviter que tu me sortes ta facétie que je sens venir, Otton Ier ne gère pas la poissonnerie Au Thon Premier à Brest.

Le gaillard Otton First décide à son tour de ressusciter le sceptre impérial et va marcher dans les pas de son ancêtre, Charlemagne. L’image du grand-père, le besoin d’exister, de se comparer, de le dépasser ou comment faire vivre l’image de Carolus l’Intouchable.

Il va se faire couronner par le pape Jean XII le 2 février 962 et créer une structure, le Saint Empire romain germanique. Il voulait en faire l’organisme de la chrétienté avec la double vocation de regrouper les peuples, les royaumes, les principautés de l’Europe catholique et les gouverner conformément à la mission spéciale que Dieu lui avait, d’après lui, confiée. Le Saint Empire germanique, c’est la maison mère européenne et Otton Ier chapeaute tous les royaumes, féodaux, seigneurs et les filiales. La première grande multinationale.

Le Saint Empire romain germanique va ressusciter l’aigle de l’Empire romain.

En 996, son petit-fils, Otton III (on ne va pas la refaire avec Au Thon Troyes) est à son tour couronné empereur du Saint Empire romain germanique. Il conserve l’aigle mais décide de vouloir prouver l’origine de son pouvoir en utilisant une héraldique cosmique, y intégrer une couleur bleu azur. Faut bien se démarquer du joug familial, c’est pesant à la fin. Un peu de nouveauté et de créativité.

Le bleu azur est la couleur la plus chère au Moyen Âge parce que le bleu n’existe pas dans la nature. La seule façon d’avoir de la couleur bleue, c’est à partir de lapis-lazuli, une pierre extraordinairement chère qui provient des mines d’Afghanistan. Là où tu ne peux plus mettre les pieds aujourd’hui. Ce n’est pas grave, du bleu, t’en as partout maintenant.

Cette pierre était extraite de mines connues des pharaons. Le masque d’or de Toutankhamon est conçu avec des lapis-lazulis. C’était la seule possibilité d’avoir du bleu à l’époque pour des sommités qui avaient des moyens, de la crème niveau roi, empereur ou pharaon, et qui avaient suffisamment de fraîche pour s’offrir une caisse de cette pierre.

À la Renaissance, sur toutes les teintures du Moyen Âge, le tissu de la Vierge est toujours bleu parce qu’il est fait en lapis-lazuli écrasé. La couleur la plus chère pour le symbole chrétien. Dieu n’a pas de prix, et le bleu c’est le symbole céleste. C’est avec l’or, ce qu’il y a de plus onéreux comme couleur. Les deux ensemble, ça pique les yeux.

Désormais, Otton III va décider de se revêtir du symbole du Saint Empire germanique, un ciel bleu constellé d’étoiles d’or, pour imposer son pouvoir et montrer qu’il a une connexion directe avec Lui, son réseau wifi spirituel dédié.

Le meilleur moyen de faire passer une idée à l’époque, c’est d’en rajouter. Je me couronne empereur et là-dessus, je me sape tout de bleu que je marie avec un peu d’or parce que je n’aime pas l’uni. Si avec tout cela, le quidam n’a pas compris à qui va ses impôts, il est bon pour les mines de sel.

À quelques années près, le roi de France occidentale, Louis V, meurt. Le genre d’évènement qui arrive naturellement, et la couronne devait revenir à son oncle Charles.

À l’époque, les successions ne sont pas très claires. Seulement voilà, les seigneurs de France se réunissent et ne veulent pas de Charles, l’oncle de Louis V, parce qu’il s’est reconnu vassal de Otton III. Reconnu vassal du Saint Empire germanique ! Les seigneurs ne supportent pas cette façon de s'assujettir gratos.

Hé ! Mon bon roi, ici, au royaume de France, on ne se « vassalise » pas, mon gars, on se « souverainise ».

Charles, le potentiel successeur ne comprend rien à rien à l’avertissement des seigneurs et part du principe qu’Otton III est un gars ouvert, pas du tout comme on peut le décrire dans les gazettes locales, très sympa d’ailleurs, toujours un petit mot gentil pour la famille et pas le dernier à offrir sa tournée au comptoir d’une brasserie. Les féodaux de Charles, allergiques à la soumission au Saint Empire, décident de prendre comme roi une nouvelle lignée.

Charles, tu ne piges pas ? On va la faire sans toi, la succession. On va choisir une pointure qui n’a pas fait allégeance au Saint Empire. Désolé mon gars, mais la France n’a pas besoin d’un collabo à sa tête.

Le choix va se porter sur Hugues Capet. Bingo pour la famille Capet. La fidélité, mon lecteur, que tu le veuilles ou non, à un moment ça paye. Penses-y. Pour Charles, c’est terminus, tout le monde descend !

Pourquoi Capet comme nom ? T’es curieux, mon insatiable lecteur, mais des fois, j’aimerais avancer un peu parce que j’ai un timing à respecter et si je ne suis pas à l’heure, c’est mon éditeur La Bourdonnaye qui va me le rappeler.

Il se dit que sa famille Capet détient la cape de saint Martin à la basilique de Tours.

Hugues est proclamé roi à Noyon et sacré à Reims parce que l’évêque de cette ville a beaucoup agi en sa faveur. Du lobbying d’église très efficace et la couronne au bout. Tiercé dans l’ordre !

Hugues Capet va fixer sa résidence à Paris. C’est en 987 qu’il inaugure la grande lignée des rois de France qui durera huit siècles jusqu’à la Révolution française. Pour damer le pion à l’empereur et au Saint Empire, les successeurs d’Hugues Capet vont à leur tour adopter une héraldique céleste. Après tout, on ne copie que les bonnes idées.

Le roi de France prétend ne pas être soumis au Saint Empire. L’esprit Gaulois râleur, indépendant qui ressort et refait surface. Moi, c’est moi et toi, c’est toi. O.K. Saint Empire ?

La France, mon lecteur et c’est pour ça que tu lis ce livre, c’est plus qu’un pays, c’est une idée de liberté, un principe de rébellion contre l’ordre établi ou imposé.

À partir du XIIe siècle, la monarchie française va adopter un emblème d’azur aux fleurs de lys d’or, notamment à partir de la deuxième croisade lancée par le pape Eugène III.

Plutôt que de prendre des étoiles, la monarchie française va choisir des fleurs de lys d’or. Les étoiles, elle ne pouvait pas, c’est direct procès pour plagiat. Le lys, c’est plus subtil. Au final, on arrive aux couleurs azur étoiles d’or pour le Saint Empire germanique, et azur et lys d’or pour le royaume de France, si ce n’est pas de la provoc, c’est bien imité.

Le drapeau de la monarchie française va apparaître à partir d’Hugues Capet, aux XIe-XIIe siècles et a pour vocation d’expliquer que si le roi est le roi, c’est parce qu’il détient son pouvoir d’une origine divine. Les origines divines, mon lecteur, on n’est même pas sur la liste d’attente, toi et moi. C’est un truc de roi, t’en mangeras jamais.

Faut tout traduire au peuple, parce que ce genre de filiation céleste, ce n’est pas une fois que tu lui expliques à la populace, mais tous les ans. Les évidences de l’élite ne le sont pas pour les prolos. L’élite le sait et d’une façon chronique, elle s’organise des séminaires du « pourquoi-j’ai-la-couronne » et « pourquoi-Dieu-m’a-choisi-et-pas-toi ». Par contre, les masses laborieuses, elles oublient vite ces transmissions de pouvoir, faut très souvent leur rappeler, sinon c’est l’incompréhension donc, par déclinaison, la rébellion.

Les rois capétiens adoptent une héraldique céleste différente de celle du Saint Empire pour souligner l’indépendance de la France et leur montrer aussi qu’ils sont aussi bons et pertinents pour la création d’un logo. C’est le début de la French touch.

Le lys, symbole de la Vierge Marie, va envahir peu à peu, à la fin du premier millénaire, les couronnes et les monuments publics. Cette fleur va devenir la marque déposée de la monarchie française. L’histoire dit qu’à la place du lys, le brocoli a failli être choisi jusqu’au moment où un publicitaire du staff leur a expliqué qu’il fallait de l’or sur de l’azur, comme le Saint Empire, et qu’un brocoli, même en or, ce n’est pas ce qu’il avait de plus noble. D’où le lys.

Ce qu’il faut retenir, mon cher lecteur qui me lit avec plaisir : la nouvelle lignée royale française est choisie parce qu’elle refuse la soumission au Saint Empire romain germanique. Comme Vercingétorix qui s’opposait à César, Hugues Capet s’oppose à l’empire des Ottoniens. Mon gars, être français, c’est avoir l’audace de dire non.

Jean-Luc Mordoh.

 

La semaine prochaine, le chapitre 7.

An 1214, le dimanche de Bouvines ou l’indomptable volonté d’indépendance de Philippe Auguste.

Notez cet article:
1
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion