Lundi, Juillet 23, 2018
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

CHAPITRE 33.

Posté par le dans DES GAULOIS A TON SMARTPHONE.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 6208
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

Le quatrième problème, c’est l’empire du moment.

 

Lui aussi se ramène avec son aigle, ce sont les USA au cas où tu ne t’en étais pas aperçu.

La différence avec les autres empires, c’est qu’il ne nous envahit pas avec des tanks et des troupes d’élite mais nous séduit à en perdre la tête. Les Ricains, à ce niveau d’aguichage, ce sont les masters du monde of the world. Le jazz, la musique dans son ensemble, cette capacité à innover, à créer, à être toujours à la pointe de la technologie, les Ricains sont très forts, très très forts.

Ils vont même concevoir des outils pour que l’on soit plus libres et plus consommateurs, Facebook, Twitter, les réseaux sociaux. Ils imposent leurs standards, Google, Amazon, Apple, le GPS et tellement d’autres. Évidemment, ils nous espionnent aussi, mais j’aime mieux être surveillé via ma tablette et pouvoir fureter sur tous les sites du monde entier qu’être enchaîné dans un goulag de la toundra à me les geler menu tout l’hiver. Ce n’est pas le même confort, ni les mêmes geôles.

Pour le chewing-gum man, la première liberté passe par le business. Je te vends, tu achètes et inversement, c’est le symbole de l’indépendance pour l’Amérique. Ce qui n’est pas totalement faux. Peu importe quel est le régime d’État en face. 

De plus, cet empire a imposé sa monnaie. J’ai déjà abordé ce sujet de la fin des accords de Bretton Woods en 1971 et le fait qu’il joue au Monopoly tout en étant le banquier. La monnaie, la fraîche, le flouze, la caillasse c’est le nerf de toutes les sciatiques. T’en as, t’es le roi, t’en n’as pas, tu passes ta vie la paume tendue vers l’autre à expliquer que tu désires une pièce pour manger.

Là-dessus, si tu pars du principe que c’est les seuls à pouvoir poser leurs balloches à 10 000 km de leur base pour ramener un peu d’ordre là où ils pensent que ça dérape un peu, tu conviendras que le respect s’impose. Les USA, c’est du compact. Ce sont eux qui ont fait tomber l’URSS en renchérissant comme un joueur de poker avec une paire de valets. 

Les « complotistes » démontrent que le moindre nouveau parfum de soda créé par les States est une manœuvre pour nous flinguer les dents ce qui nous oblige à nous rendre chez le dentiste qui lui, auparavant, aura bien entendu fait le plein de produits américains pour nous soigner. Donc en succombant aux charmes d’une boisson pétillante, on créerait indirectement de la richesse aux Yankees.

Ou même, encore plus con, que c’est les Ricains qui ont inventé le sida pour mieux nous refiler leurs traitements qui font flamber les bénéfices de leurs laboratoires pharmaceutiques.

En France, la majorité des bas du front pensent que l’UE a été créée par les States pour être mieux asservie par ce dernier. Je vais te dire, moi, pourquoi les USA ont été les plus grands inspirateurs et architectes de ce projet mené au départ par Jean Monnet et Robert Schumann, deux agents Frenchies dévoués pour la puissance montante et salariés de la CIA.

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que nos amis Amerloques se sont pointés en Europe en 1914-1918 pour stopper la grande boucherie et une deuxième fois en 1939-1945 pour un remake version « barbecue au gaz ».

En trente ans, l’Europe s’est fait deux fois hara-kiri à la japonaise. À un moment, quand tu reviens c’est pour y imposer tes règles. Parce que cent vingt mille soldats tombés pour les copains européens en 1914-1918 et trois cent mille pour une deuxième tournée, le don de soi à ses limites et tu siffles rapide la fin de la récré avant une troisième torgnole.

La première raison pour laquelle les Ricains ont créé l’Europe, c’est qu’ils pensaient inconcevable autant de conflits sur un si petit continent avec autant de nations. Et le meilleur moyen de stopper toutes les guerres, c’est de créer une unité politique et monétaire des Européens. Les forcer à s’entendre.

Bien évidemment, c’est une union qui les sert économiquement mais au moins, ils sont sûrs de ne pas se rejouer un débarquement en Normandie ou le pilonnage de Dresde. Dès que l’Europe passe un mauvais moment, les USA rappliquent et trouvent des solutions. Ce sont les plus convaincus, les plus motivés, les plus attachés à l’Union européenne. L’Europe, c’est leur bébé. Le syndic ne lâche jamais ses petits propriétaires. Il décide pour eux.

Aucun État européen ne peut changer une virgule d’un traité car il faut, pour que cela se fasse, la majorité absolue. Les Ricains ont indirectement créé un système autobloquant qui impose, à un certain moment, que l’on vienne les voir pour régler le choix de notre destination.

En tous cas, l’Empire est bien là, avec son aigle et ses outils de liberté à notre disposition pour nous séduire et nous enrôler dans ses desseins.

Ce que tu dois capter, mon lecteur, sous peine de vivre ta vie comme un paquet de purée lyophilisée : une souveraineté abandonnée, un empire qui fait le kakou avec son aigle, une immigration qui impose ses codes et une technologie qui abroge l’espace et le temps, il est clair que l’on a véritablement changé de siècle, de monde, de repères.

Jean-Luc Mordoh.

 

 

 

La semaine prochaine, le CHAPITRE 34.

Ramener l’Empire à sa place.

Notez cet article:
1
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion