Mardi, Septembre 25, 2018
   
Taille

Recherche

Commentez... Participez...

Les commentaires sont libres et ouverts à tous mais, si vous souhaitez participer plus activement en proposant des articles qui, eux-mêmes, pourront lancer des réactions, c'est très simple, il vous suffit de cliquer sur le petit cadenas noir, à droite, pour créer votre compte.

CHAPITRE 32.

Posté par le dans DES GAULOIS A TON SMARTPHONE.
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 6030
  • 0 commentaires
  • Signaler cet article

Innovation et clé du 21ème siècle.

Que l’immigration redevienne fière d’être française.

L’immigration en France, celle qui pose problème vient du Maghreb et d’Afrique noire. Pas de Russie ou d’Europe centrale. On l’a abordé dans le chapitre précédent, le phénomène religieux pose problème et la religion incriminée, celle qui active les susceptibilités, ce n’est pas des bonzes en robes de chambres orange mais l’islam.

La grande majorité des Français musulmans sont arabes et noirs. Ce sont des gens qui se marient entre eux et quand il y a mariage mixte avec un Européen ou Européenne, leurs mômes prennent des prénoms musulmans. Mixité ou pas, ils sont extrêmement attachés à leur héritage, ramènent sans provocation (un peu des fois) le fait religieux sur la place publique et représentent 10 % de la population.

Ça, c’est la photo du jour, la réalité.

Et 10 %, ce n’est pas 1 %. Ça ne se dilue pas comme une goutte de Suze dans un seau d’eau. Le 1 % de dévots qui font des prières dans les rues et ramènent la religion là où elle ne devrait pas être, c’est comme une miette de pain dans ta cuisine. Tu ne la vois pas.

Mais 10 %, ça chamboule ton lino et ça craque sous tes pantoufles.

L’islam fait peur, c’est une évidence. Je vais même en rajouter une couche pour le plaisir de soulever les poils de mon lecteur. Là où l’islam passe, généralement, il n’y a plus rien. C’est un rouleau compresseur culturel. Ce qui reste, ce sont des gravas de l’ancien temps et des dhimmis de seconde zone. Tout, mais absolument tout, dont le passé et la mémoire, est anéanti.

L’islam, si tu ne le contrôles pas, prend la main et impose sa vision du monde. C’est dans sa nature. Cette religion, comme d’autres d'ailleurs, n’est pas que du spirituel.

Elle offre une vision verticale, elle légifère, elle codifie, elle accompagne tout ce qui touche de près et de loin la vie des gens et jusqu’à la mort. L’islam englobe, en plus du spirituel, le temporel, le social et le juridique. Rien ne lui échappe. Rien !

Les musulmans ne peuvent même pas quitter leur foi, c’est la certitude d’être accusés d’apostasie. Quitter sa religion pour une autre ou pas, est puni de la peine de mort. On ne rigole pas avec le dogme. Quand t’es musulman, tu l’es à vie et jusqu’à trépas. No choice et inch Allah.

Pour recadrer les priorités de chacun, cette loi contre l’apostasie doit être radiée, effacée, tout simplement pulvérisée sur notre sol de France. Je me fous que cela soit un texte divin ou autre. Ce commandement est en totale contradiction avec l’article 1 de la Constitution française car notre droit est au-dessus de tous les autres et stipule : "La Constitution assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion."

Ce qui veut dire que tout citoyen français a le droit de changer de religion, s’il le désire.

Donc, mes amis français de confession musulmane, vous me virez votre délit d’apostasie et vous la laissez aux Saoudiens. Je précise qu’il n’y aura pas l’espace d’une tranche de jambon de dinde hallal pour négocier quoique ce soit là-dessus. Merci d’avance et salam aleykoum.

Pour le reste, le contenu du Coran, je ne l’aborde pas car c’est hors sujet. Je suis dans le contenant, ou comment cette spiritualité peut prendre sa place en harmonie avec l’existant. Pas dans le contenu, le pourquoi de telle loi divine ou autre qu’elle génère. Excepté le délit d’apostasie.

J’entends d’ici, mon lecteur croyant, les peurs se soulever comme une ola dans un stade. En vrac, voici tout ce que j’aurais à répondre si je veux rassurer le quidam de base avant qu’il ne fasse une crise d’épilepsie ou qu’il prenne un fusil d’assaut pour chasser du barbu.

Que l’islam est incompatible avec la République. Faux. Les States, l’Inde, Israël ont des citoyens musulmans et aucun ne combat la constitution en place. Que cette foi est extrêmement violente, c’est la seule qui pond des martyrs en abonnement illimité. C’est un peu vrai, je l’avoue. C’en est même fatiguant cette façon de s’exploser dans les supermarchés.

Que son penchant naturel est de dominer tout ce qui n’est pas musulman. C’est vrai aussi, quand il n’y a pas de loi pour encadrer la vie sociale.

Qu’il est écrit dans le livre saint que le monde est divisé en deux, la partie musulmane et la partie non musulmane. Une vision binaire de la planète. Très juste, mais les gaziers qui voient le monde en bicolore, y’en a pléiade et pas que chez les babouches men. Rien que mon concierge, le monde pour lui c’est deux sortes de gens : les cons et les autres. Je crois que je fais partie du premier groupe.

Que cette religion n’offre pas l’égalité aux femmes. En ce qui concerne l’égalité, on parle généralement du voile qui, paraît-il, serait imposé par les maris. Ce qui revient à dire que ce morceau de tissu est un signe de soumission de l’épouse et ce raisonnement implique l’absence de libre arbitre de madame. Beaucoup de femmes ont envie de le porter ce qui annihile l’argument de soumission. En comparaison au port du foulard, je ne vois pas où est l’égalité de la femme en valorisant une paire de loloches pour vendre un paquet de lessive. Même pour un paquet de lessive bio.

Que le djihad est un des axes essentiels du bon musulman. Le mot essentiel est exagéré. Si tous les mectons du Coran faisaient le djihad en se faisant sauter au milieu d’impies, comme toi et moi, je ne serai pas là à m’évertuer à écrire un chapitre sur eux vu qu’il n’y en aurait plus.

Qu’ils ne seront jamais français car ils s’obstinent à porter leurs prénoms. Ça, on le sait depuis un siècle pour les prénoms.

Que la majorité des détenus dans les prisons sont issus de la population musulmane. Oui, mais le jour où on aura une vraie justice et une police à la hauteur des besoins de la population, le problème sera réglé.

Que les musulmans créent le souk dans les cantines scolaires pour éviter que soit servi du porc. Franchement, s’il n’y a que le jambon comme problème, on vit dans le meilleur des mondes.

Qu’ils refusent d’apprendre l’histoire du pays d’accueil, c’est vrai, mais c’est un problème de l’Éducation nationale. C’est elle qui l’a créé, pas les musulmans. Depuis quarante ans et de ses multiples programmes scolaires, elle fabrique des armées de crétins dopés aux diplômes en solde et place ces mêmes idiots au centre de toutes les attentions. On ne va pas s’étonner maintenant que les élèves veulent apprendre ce qu’ils désirent et non ce qui leur est imposé.

Qu’il y a de plus en plus de boucheries hallal et quasiment plus de boucheries "made in chez nous", oui, c’est vrai. Mais cela fait quarante ans qu’une nouvelle façon de manger s’installe chez les Européens. Périmée la viande, mon gars. Du tofu, oui. De l’entrecôte, non.

Du coup, on mange de moins en moins de carné ce qui mécaniquement fait baisser le nombre de boucheries. Par contre, pour le musulman le trip végétarien c’est un concept incompréhensible. Faut donc pas jouer les apeurés si le nombre de leurs boucheries croît avec leur population. C’est même logique.

Que le musulman sera toujours fidèle à la Mecque. Oui et alors ? Le chrétien est bien fidèle à Rome. Le juif à Jérusalem, le Gitan aux Saintes-Maries-de-la-Mer, le communiste à Marx et le Marseillais à l’OM. À chacun sa Mecque.

Qu’en cas de conflit avec un pays musulman, nous ne serions pas sûrs de leur engagement et de leur fidélité. Combien des leurs sont tombés pour la France en 1914-1918 et en 1939-1945 ? Alors, pour la fidélité, je crois qu’ils ont donné et prouvé. Merci.

Qu’ils sont endogames et non exogames comme l’est naturellement la population de France. C’est vrai, mais est-ce que cela te gênerait qu’un gars issu d’une union endogame et sapé comme un wahhabite convaincu soit prêt à mourir pour le même drapeau que toi ? À défendre le même pays que toi ?

Qu’ils demandent à avoir des mosquées qui changent radicalement le paysage français. Au nom de la liberté chérie, celle de croire ou de ne pas croire, on ne va quand même pas se taper de l’eczéma avec ce faux problème ?

Raisonnons par l’absurde, imaginons la nouvelle passion française, la natation. Si une majorité de la population veut s’entraîner deux heures par jour dans l’espoir de récolter une médaille aux JO, va bien falloir construire des piscines en fonction du nombre d’adeptes, non ? Pareil pour les mosquées ou alors tu leur loues tes églises vides. Quant au cadre, imposons aux mosquées l’architecture locale. Un temple musulman version alsacienne, ça en jette. On fait comme aux Philippines, premier pays musulman du monde, toutes les mosquées ont le look pagode au pays des îles.

Pourquoi leur offrir des droits et des lieux de culte en France alors qu’aucun pays musulman n’offre la réciprocité aux chrétiens ? Parce que l’on n’est pas un pays musulman, mon gars, on est en France et que notre idée de liberté, d’égalité et de fraternité est notre force et notre axiome. Si en face ils se comportent comme des racailles incultes de cité estampillés « zyva », c’est leur problème.

Les musulmans sont les seuls à foutre le bordel dans les hôpitaux dès qu’un toubib ausculte leurs femmes. C’est vrai. Mais je me répète, le jour où il y aura une vraie justice et une vraie police, crois-moi que ce genre de faits divers sera aussi fréquent que de découvrir un môme dans un congélateur.

C’est bon ? On a fait le tour ? Je te sers un thé à la menthe avec pignons ?

En attendant, on va déjà arrêter l’immigration qui vient d’Afrique. Faut faire le ménage à la maison, ranger, composer, expliquer avec les populations en place et rassurer les ménagères. C’est du boulot. Pour nous offrir le maximum de probabilité de réussite, le meilleur moyen, c’est de couper l’arrivée d’eau si l’on veut éponger le parquet.

Je vais évaporer toutes tes peurs.

L’islam a besoin d’un chef, d’une autorité qui le canalise, d’une autorité étatique qui lui soit supérieure sur le plan temporel. Je vais te donner trois exemples, mon lecteur sur tes gardes. Trois.

On va commencer par l’Inde, pays d’un milliard cinq de prolos à point rouge laser au milieu du front dont deux cents millions de musulmans au bas mot et à la louche. Ça fait du monde au pays du riz au curry.

À une époque, il y a eu des problèmes. Mais l’Inde est un pays souverain qui ne plaisante pas avec ses lois, ses règles et sa constitution. Si tu ne files pas droit, la police te remet dans le droit chemin même si tu dois passer au cimetière avant et sans états d’âme.

Aujourd’hui, y a t-il des problèmes avec ces deux cents millions de musulmans ? Y a t-il des barbus qui te gavent pour que leur femme puissent porter le voile ? Ou manger hallal à l’école ? Ou faire la prière dans la rue ? Que nenni. Rien. Nada. Walou. Et tu sais pourquoi, mon lecteur ? Parce que l’Inde est un pays souverain et qu’il sait exactement où il veut aller. La communauté indienne musulmane est fidèle et ne crée aucun problème. Aucun.

Deuxième exemple, les States. Ils sont combien en ce moment, au niveau de la populace ? Trois cents millions ? Au moins. Avec toutes les nouvelles immigrations, on peut, au doigt mouillé, avancer le chiffre de quarante millions de musulmans aux USA, plus d’une demie France au bas mot.

Y a t-il des problèmes de voile ? De hallal à l’école ? De soldats qui ne veulent pas servir le drapeau étoilé en Irak ou en Somalie ? De ragnagna ou de ragnagno ? Non, c’est nickel chrome sur toute la ligne et pli de repassage au cordeau. Et sais-tu pourquoi, mon lecteur préféré ? Parce que les USA sont un pays souverain et que l’on ne discute pas leurs lois et règles établies. La communauté américaine musulmane est l’une des plus prospères dans le monde et elle ne gêne absolument pas le peuple américain dont elle fait totalement partie.

Dernier exemple, Israël. Sur sept millions d’Israéliens, il y a au moins 15 % de musulmans. Ça chiffre pour un pays en guerre contre des pays musulmans, non ? Tu connais des problèmes de voile ? De hallal à l’école ? De discriminations machin ou de stigmatisations truc ? Non. Et sais-tu pourquoi, mon lecteur qu’à moi ? Et oui, tu le sais, tu le perçois. Parce qu’Israël est un pays souverain, fort et qui ne négocie pas sur ses règles et lois. La population israélienne musulmane est tellement libre que le jour où l’État palestinien existera, 95 % des Israéliens musulmans garderont leur nationalité israélienne.

Sur ces trois exemples, le dénominateur commun est un État fort et la souveraineté, celle qui dicte ses lois et les applique. Et bien sûr, un destin partagé et une haute estime de la liberté de culte.

Mais l’autre trait comparable de ces trois pays est qu’ils ont adopté le communautarisme. Chacun vit comme il l’entend à partir du moment où il respecte les lois en vigueur de l’État. Ce que l’on appelle l’intégration, le système anglo-saxon.

En France, c’est différent, c’est l’assimilation. Mais notre assimilation sans souveraineté, est-elle viable ? Et quand bien même nous l’aurions, cette souveraineté, crois-tu vraiment que cela réglera les problèmes d’assimilation des musulmans ? Eux, qui sans le savoir, ont montré les limites de notre laïcité, ont ramené le spirituel dans la cité et protègent jalousement leur culture tout en se revendiquant français ?

Parce qu’il faudra bien l’admettre un jour que notre fameuse laïcité, celle qui garantit les droits de tous est mourante, en phase terminale, la vieille. Elle s’imagine être un diamant alors qu’on la regarde comme un vulgaire bijou de verre. Et le pire que l’on puisse vivre, c’est le déni de réalité, cette façon de faire comme si elle était toujours en vie, parmi nous, la tata laïcité, alors qu’elle pionce dans son coin et que tout le monde attend le croque-mort.

C’est quoi au juste la laïcité ? C’est le principe de séparation de l'État et de la religion et l'impartialité de l'État à l'égard des confessions religieuses. Quand on a dit ça, on a tout dit. Tout. Je la regrette par nostalgie, cette laïcité « comme avant », mais va bien falloir vivre autre chose ou alors on va aller droit dans le fossé. Et le fossé, c’est la guerre civile, the Beyrouth show.

En aïkido, on se sert de la force de l’adversaire pour le neutraliser. Servons-nous de leur force pour les faire rentrer dans le rang, c’est-à-dire consolider la nation France. Ils veulent porter le voile, O.K. La burka, t’oublies. C’est juste une question de sécurité, tu montres ton visage dans ce pays ou alors tu vas vivre dans un pays d’aveugles.

Tu veux manger hallal, O.K. Tu veux des endroits pour prier, pas de problème. Tu veux pouvoir prendre des jours de congés pour tes fêtes religieuses, vas-y mon gars. Tu veux ton tribunal pour juger des gars de ta communauté selon ton code. Là non, c’est hors de question. N’oublie pas que tu es en France et les lois de la République prévalent sur les tiennes. Ce n’est d’ailleurs pas négociable, même dans un film de science-fiction.

Si l’on adopte le communautarisme, il y aura donc des communautés arabe, noire, juive qui existent déjà, et autres. Du fameux « vivre ensemble » on passera au « vivre-avec-qui-je-veux », c’est plus sain. Mais cela va ouvrir la boîte de Pandore à d’autres revendications et les Corses, Bretons, Occitans, Basques voudront la même reconnaissance. Leur autonomie avec leurs particularités.

Le communautarisme ouvrira la voie au fédéralisme, c’est une des conséquences inévitables à terme. Sans le savoir, je suis en train de tout changer, moi. Je casse des murs porteurs mais faut changer l’espace pour que la maison soit vivable.

Notre pays, la France, doit relever d’énormes défis. Tu le sais, mon lecteur communautarisé, si l’on reste sur ce statu quo, ne pas prendre en compte ce changement de population tout en restant sur l’ancien logiciel de l’assimilation, c’est l’implosion, la déflagration intérieure.

Après la phase païenne de nos ancêtres les Gaulois puis la phase chrétienne avec la monarchie, vint la troisième phase républicaine avec la Constitution républicaine.

Nous sommes aujourd’hui à bout de souffle. Il ne s’agit pas de répéter en boucle comme une prière que le « vivre ensemble » est notre avenir, il faut tout simplement reconnaître que les gens n’ont pas envie de vivre ensemble, c’est-à-dire avec n’importe qui, mais se fondre dans des groupes de populations qui partagent les mêmes traditions et cultures qu’eux.

Le « vivre ensemble », c’est l’obligation totalitaire d’être obligé d’avoir comme voisin un gars que je ne supporte pas par ses traditions trop éloignées des miennes et surtout insupportables sur le même palier. Surtout sur le même palier. Il faut tuer le « vivre ensemble » pour le remplacer par le « vivre-avec-qui-je-veux » et en paix avec tous.

Entrons de plain-pied dans la quatrième phase, communautaire et fédérale.

Mécaniquement, Paris ne sera plus le centre de la France, mais cela est un détail. Notre tradition jacobine sera sacrifiée pour le devenir de notre pays. La France vaut plus qu’un Paris omniprésent, le fédéralisme sera le nouvel avenir.

Sans le savoir, je suis en train d’élaborer un programme politique. Et si j’étais le futur de Gaulle ? Je déconne.

Pour éviter que certains soient étonnés qu’il y ait un prix à payer pour cette métamorphose radicale, il n’y aura plus de notion de discrimination. Si je suis chef d’entreprise, je choisis mes futures embauches selon de nouveaux critères, mes références : de compétences mais aussi ethniques si je le désire.

Donc, finis les procès pour délit de faciès, mon gars. Si t’es bleu, vas chercher du taf dans la communauté des Bleus mais ne vient pas te plaindre à je ne sais quel tribunal d’être déconcerté que les Rouges ne veulent pas t’embaucher.

Même si t’es une bête dans ton domaine, ce qui serait en passant une erreur de la part des Rouges de ne pas t’offrir le poste convoité. Ça t’évitera d’aller chialer dans les bras de SOS Racisme et de passer pour une victime médiatique.

Bien évidemment, comme en Inde qui a adopté l’anglais comme langue officielle pour éviter de choisir parmi les cinquante langues existantes, la langue de référence est et sera le français et les lois seront toujours issues de la Constitution. Ne commencez pas à me suggérer le roumain ou l’arabe car je vais sortir le fusil de chasse. Merci.

Pour garder et transmettre ce diamant de notre histoire de France, bien évidemment, l’Éducation nationale jouera le jeu. Elle sera débaptisée pour devenir « Instruction nationale ».

L’éducation, c’est les parents, à chacun son job. Elle reprendra tous mes chapitres, imposera ce livre dans les écoles et mettra un drapeau français dans chaque classe. Pour un écolier, voir et revoir d’une façon subliminale les trois couleurs de son pays chaque jour, c’est le meilleur moyen de lui forger une identité nationale à peu de frais et de créer un dénominateur commun avec ses potes. Il y aura aussi selon les régions, près de notre drapeau bleu, blanc, rouge, le drapeau basque, corse et autres.

Crois-moi, mon lecteur « dé-souché », l’immigration pourra en toute légitimité y apporter sa culture et sera fière d’être française. Elle portera fièrement l’histoire et les valeurs de notre, de leur pays.

Notre République une et indivisible deviendra une et unie. Une et unie. C’est pas t’y beau, ça ?

Pour cimenter le tout, on remet à l’ordre du jour le service militaire. Même pour une durée de six mois. Que le barbu de Vénissieux rencontre le bobo du IVe arrondissement de Paname, que le pécors du plateau de Millevaches fréquente le surfeur de Biarritz, que le jeune financier de Lyon partage une marche de nuit avec le ch’ti de Lens. Le peuple de France doit se rencontrer, pour faire corps, pour sortir de sa communauté, pour découvrir son concitoyen et la notion de fraternité, c’est l’idéal.

Ce que tu dois retenir, mon lecteur : on se doit de changer, de se voir autrement pour mieux faire vivre cette belle idée « France ». Cela fait quarante ans que l’on se raconte n’importe quoi, quarante ans où mémé France nous parle de la République et de cet impossible « vivre ensemble », quarante ans que les gens ne se supportent plus. Faut réaménager l’espace nation sinon tu risques de le perdre. Et de te perdre aussi.

Jean-Luc Mordoh.

 

La semaine prochaine, les CHAPITRES 33/36.

Nos rapports avec l’Empire.

Notez cet article:
2
  • Aucun commentaire trouvé

Ajouter vos commentaires

LECTEUR ANONYME ( INVITE )

0 / 3000 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 3000 caractères
conditions d'utilisation.

Connexion